Générer des revenus passifs

Générer des revenus passifs en tant que graphiste freelance

Les revenus passifs, ça te parle ? Dans l’idée, il s’agit de gagner de l’argent sans travailler ! Néanmoins, cela va un petit peu plus loin que ça. Contrairement aux idées reçues, sache que oui il faut bosser, parfois même beaucoup. En effet, ils nécessitent en amont, un investissement en temps et parfois en argent. Cependant, une fois que la machine est lancée, il ne te reste plus qu’à récolter ce que tu as si difficilement semé. Nous verrons ensemble, dans cet article, comment tu peux générer des revenus passifs en tant que graphiste freelance.

1. L’affiliation

C’est probablement le moyen qui présente le ratio investissement/bénéfice le plus intéressant. En effet, le principe de l’affiliation est relativement simple : recommander un produit ou un service, au travers d’un lien (URL) qui t’est propre, autour de toi. Tu recevras pour chaque personne qui effectue un achat après être passée par ton lien, une commission définie (un pourcentage, par exemple, du montant de la vente).

En tant que graphiste freelance, tu peux également proposer des liens affiliés pour certains logiciels que tu utilises au quotidien (tels que ceux de la suite Adobe).

Il peut être pertinent, de mettre en place un blog, de développer ta présence sur les réseaux sociaux, afin d’élargir ton audience. Au plus tes liens affiliés seront diffusés, partagés, cliqués, et au plus tes revenus passifs augmenteront.

? Attention, un précepte à ne pas négliger. Ne pas être affilié de tout et n’importe quoi, au risque de perdre toute crédibilité. Dans un premier temps, veille à connaître, voire même à utiliser, les produits et services que tu recommandes. Tu engages (de manière non officielle bien sûr) ta responsabilité lorsque tu suggères des liens affiliés.

➡️ Si l’affiliation t’intéresse, une formation en ligne gratuite et très complète existe, je te laisse y jeter un œil.

2. La publicité

C’est l’une des pionnières en matière de revenus passifs. Si tu as un site web (avec un blog de préférence) c’est un filon que tu peux exploiter. Cependant, les sommes n’étant pas particulièrement élevées, elle ne s’avère lucrative que si tu possèdes un trafic élevé.
Il existe, globalement, 2 types de publicités :

● CPC : Coût Par Clic. Elle est peu intéressante, car elle nécessite une action de la part de
tes visiteurs. De plus, les bénéfices sont vraiment infimes, voire inexistants, en cas de
faible trafic.
● CPM : Coût Par Mille. Elle se base sur le nombre d’impressions, ce qui est déjà plus
pertinent que la solution précédente. En termes de tarif, nous dépassons rarement les 5 €
par tranche de mille vues.

3. Le sponsoring

Un peu d’english please ? ! Le sponsoring, ou encore le partenariat, se rapproche d’une certaine façon de la publicité. Cependant, elle possède ses propres spécificités. Que je t’explique. Dans le cadre du sponsoring, tu es contacté par une entreprise, une marque, ou tout autre. Celle-ci te propose contre financement de rédiger un article, un post sur les réseaux sociaux, ou encore de faire une vidéo sur YouTube ou un podcast. C’est elle qui définit la ligne éditoriale à suivre, le produit à présenter, parfois même jusqu’au nombre de mots à utiliser.

Avec le partenariat, la logique est la suivante : au plus tu es influent, au plus tu peux négocier les
tarifs à la hausse.

4. Mettre en place une chaîne YouTube

Pourquoi me diras-tu ? Proposer des tutos. Des graphistes débutants, ou tout simplement des passionnés seront ta cible idéale. Tu peux via ces tutoriels, expliquer, montrer, étape par étape, comment réaliser une conception, une illustration, etc. Si tu es timide, ou souhaites tout simplement ne pas te montrer, sache que rien ne t’y oblige.
Comme pour la publicité, tes revenus dépendent du nombre de vues. Là encore, au plus ton audience est importante (pas forcément ton nombre d’abonnés), au plus tes bénéfices le sont. Concernant la tarification, en 2022, un Youtubeur gagnait 1 € pour 1000 vues. Si tu souhaites te lancer dans cette aventure, il est dans ton intérêt de :

● publier du contenu de qualité (pour te démarquer),
● de connaître les algorithmes de YouTube (oui oui YouTube a ses propres algorithmes),
● de proposer de nouvelles vidéos régulièrement.

5. La vente de produits digitaux

En tant que graphiste freelance, la vente de produits digitaux peut devenir un complément de revenu très intéressant. Avant de t’embarquer dans cette aventure et pour éviter d’aller dans tous les sens, je t’invite à avoir une stratégie marketing claire.

Je te rassure, pas besoin d’un master en commerce pour y parvenir. Je te propose une technique très simple, que tu connais peut-être déjà. La méthode QQOQCP :

● Quoi : qu’est-ce que tu veux proposer ? Un e-book, des templates, etc.
● Qui : qui est ta cible ? À qui s’adressent tes produits ?
● Où : quel canal souhaites-tu utiliser pour les vendre ? Ton site, tes RS, des plateformes ?
● Quand : à quel moment désires-tu les mettre en place ? (On évite la procrastination
ennemie numéro 1 du freelance)
● Comment : de quel matériel, logiciel, vas-tu avoir besoin ?
● Pourquoi : dans quel but mets-tu cela en place ? Dégager des revenus supplémentaires ? Prouver ton expertise ? Élargir ton audience ? Etc.

➡️ Tu peux d’ailleurs découvrir ici, ma nouvelle boutique en ligne.

6. La formation

Elle est parfois vue comme l’aboutissement dans un business, pour d’autres c’est une simple étape : la formation. Elle demande un travail en amont assez conséquent. Il faut là encore déterminer ta cible, tes supports (vidéos, audios, visuels, etc.) et bien d’autres paramètres encore. Cependant, elle peut s’avérer être bien plus rentable que tous les éléments cités précédemment.

De plus, le télétravail étant en plein essor, de plus en plus de gens en reconversion professionnelle cherchent à se former et à vivre de leur passion. Ne pense donc pas que le marché est saturé. La demande est en constante augmentation.

Si tu es pédagogue, que tu aimes transmettre ce que tu fais, alors n’hésite pas. La formation te permettra de développer ton business, de gagner en notoriété, et (psychologie oblige) tes propres clients te feront beaucoup plus confiance. On fait toujours plus confiance à un enseignant qu’à un élève n’est-ce pas ? ?

➡️ Pour tes premiers pas en tant que concepteur de formation un atelier gratuit.

Générer des revenus passifs

Bien sûr, il existe d’autres façons de générer des revenus passifs. Toutes ne sont pas recommandables, et toutes ne sont pas bancables. L’objectif de cet article était de t’expliquer comment tu peux augmenter ton chiffre d’affaires, en tant que graphiste, via des méthodes éthiques et fiables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour en haut
error: Alert: Content is protected !!